Greenterview 2 : Lisa – entrepreneuse engagée et éco-responsable

Greenterview 2 : Lisa – entrepreneuse engagée et éco-responsable

Lorsqu’une prise de conscience devient un réel projet entrepreneurial. C’est l’histoire de Lisa la Fondatrice de la marque Lao.

Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

Je suis Lisa, je suis alsacienne et je viens de finir mes études. J’étais étudiante entrepreneure et c’est durant mes études que j’ai pu créer LAO. Ce qui m’a le plus appris durant mes études, c’est lors de mes expériences professionnelles. L’année dernière, j’ai travaillé chez L’Oréal puis Chanel en développement produit. J’ai pu appréhender les produits solaires, qui sont parmi les produits cosmétiques les plus complexes. Ça a vraiment réveillé en moi une passion pour la science et le fait de vouloir comprendre les compositions.

Un mot qui te définit ? 

Curieuse.

Qu’est ce que c’est Lao ? 

C’est une marque engagée de cosmétiques capillaires liquides naturels, dans des flacons consignés. Vous pourrez les retrouver chez les coiffeurs et magasins bio et lors de la campagne Ulule dès septembre. L’idée, c’est d’acheter le flacon de façon classique chez le coiffeur ou magasin bio, puis ramener le flacon vide, sans contrainte. Chez LAO, on les récupère pour les nettoyer et faire re remplir. Ce qui fait un shampoing liquide zéro déchet.
LAO s’attaque à la triple pollution et la triple problématique liée aux cosmétiques, et pas seulement le flacon ! On s’attaque aussi aux ingrédients et à leur origine, ainsi qu’à la formule en elle même.  La mission de LAO est de proposer des cosmétiques efficaces, transparents et durables.

Entrepreneuse engagée Lao
Prototype des flacons Lao

Comment l’idée t’est venue ?

J’ai voulu passer au naturel, mais lorsque j’ai commencé à faire des recherches sur les shampoings solides et leurs compositions, je n’ai pas trouvé LE shampoing idéal. J’ai fini par faire mon propre shampoing solide naturel et le résultat que j’attendais n’était pas là. Et je me suis rendu compte que pour le passage du conventionnel au naturel, il n’y a pas d’accompagnement, ni par les coiffeurs ni par les marques. On est un peu laissés dans la nature et cette transition n’est pas facile pour tout le monde (cheveux poisseux, emmêlés…)… alors qu’à la fin près de 70% des gens disent que leurs cheveux sont plus beaux qu’avant, donc ça vaut le coup ! L’idée avec LAO c’est de faciliter cette transition vers les shampoings naturels parce qu’il y a beaucoup de gens qui abandonnent.

Quelle est ta vision à long terme avec LAO ?

Mon but c’est tout d’abord de réussir la campagne Ulule et réussir à faire entendre ce pour quoi je me bats : avec des produits liquides il y a quand même des solutions éco-responsables, durables et que l’on peut faire des choses. Et aussi de sensibiliser les gens aux compositions et à la provenance des produits, parce que c’est bien beau d’être écolo mais si on achète son huile de coco faite en Indonésie on participe aussi à la déforestation et à des problématiques éthiques.
Ensuite, j’aimerais progressivement implanter LAO en France, dans les magasins Bio et chez les coiffeurs indépendants.

Quel serait le conseil que tu donnerais pour quelqu’un qui veut monter un projet engagé et à impact ?

Je dirais d’y mettre beaucoup d’énergie car c’est très fatiguant de te battre et de construire un projet à impact. Certaines personnes vont toujours te tirer vers le “pas à impact” parce que c’est le plus simple.
Par exemple : mon laboratoire, elle avait compris la démarche mais pas jusqu’au bout donc au début elle me disait “on pourrait peut-être mettre cet ingrédient-ci et ça” et quand je lui ai demandé d’où est-ce qu’il venait elle m’a répondu “de Chine”. Donc au début c’était compliqué, mais elle a progressivement compris l’idée que les produits devaient être français ou européens. Je dirais qu’un des points importants aussi est de définir la vision et la mission de ton entreprise.

Pour finir, peux-tu donner une idée d’action (la plus simple) à mettre en place dès demain, pour être plus éco-responsable ?

Ce que je dis toujours mais c’est un peu contre intuitif c’est : vider ce que l’on a chez soi. Parce que souvent on veut passer au naturel ou changer de mode de consommation et ce que l’on fait c’est que l’on jette tout, y compris les produits encore pleins. C’est pas parce que vous venez de découvrir qu’il y a un produit controversé pour votre santé dans votre shampoing ou autre qu’il va vous empoisonner du jour au lendemain. Donc juste finir ce que l’on a et faire une transition naturelle progressive. On peut tous faire un effort mais la base c’est d’y aller doucement et à son rythme

Veux-tu ajouter quelque chose ?

Je dirais de nous suivre sur Instagram ! 


Pour retrouver Lisa :
Le site de Lao
Les réseaux sociaux : InstagramLinkedin 

Vous aussi vous avez un parcours d’entrepreneur engagé ?

Pour retrouver d’autres articles du blog :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *