Greenterview 10 – Marion, fondatrice de Nouvelle Empreinte

Greenterview 10 – Marion, fondatrice de Nouvelle Empreinte

Nouvelle Empreinte, le média qui propose des solutions engagées et durables. Découvrez dans ce nouvel article Greenterview, le parcours de Marion , fondatrice de Nouvelle Empreinte.

Est ce que tu peux te présenter en quelques phrases ?

Je m’appelle Marion, j’ai été pendant 4 ans Responsable marketing chez un distributeur d’équipements professionnels destinés aux salles de sport, aux salles de bien-être, etc.

En mars dernier, j’ai créé Nouvelle Empreinte. C’était un projet que j’avais en tête depuis quelques semaines auparavant. En travaillant avec les salles de sport, j’ai été mise au chômage partiel. Donc j’ai eu du temps pour enfin concrétiser ce projet que je voulais faire depuis quelque temps avant. 

Et donc au tout départ, je voulais seulement lancer une newsletter qui abordait de manière simple et hebdomadaire, un thème en particulier chaque semaine. En expliquant déjà la problématique, qu’est-ce qui ne va pas sur ce sujet ? Et ensuite en proposant des alternatives qui nous aident à y remédier, à adopter de nouvelles habitudes.

Je me suis ensuite dit que ça serait bien de faire un compte Instagram pour parler de la newsletter. Finalement ce compte Instagram, c’est une autre manière de parler de ces sujets, c’est un autre canal aussi pour en discuter.

Tu es à temps plein sur ce projet-là ?

Du coup j’ai demandé ma rupture conventionnelle pour me lancer à 100% dessus. Parce que je ne pensais pas le faire quand j’ai lancé Nouvelle Empreinte, je ne pensais pas du tout que ça allait devenir un projet professionnel comme ça. Et en fait, j’ai vu qu’il y avait du potentiel donc j’ai demandé ma rupture conventionnelle pour me mettre à 100%.

Est ce que tu pourrais me donner un mot qui te définit ? 

Optimiste. Parce que, que ce soit dans mon projet aujourd’hui ou dans tout ce que j’entreprends que ce soit pro ou perso, je préfère toujours voir les solutions plutôt que le problème. Et toujours me dire que je vais y arriver ou que ça va aller, toujours voir le positif, relativiser. Ne jamais regretter. Notamment si je le retranscris dans mon projet Nouvelle Empreinte que ce soit niveau entreprenariat. Je me dis, imaginons que ça ne marche pas, je pourrais toujours rebondir et quand je touche vraiment au sujet de l’environnement, de l’écologie, je préfère plutôt être de la team on va s’en sortir, on va tous s’y mettre plutôt que de la team climato-cepto, qui croit de toute façon que c’est foutu.

Qu’est-ce que c’est “Nouvelle Empreinte” ?

Nouvelle Empreinte aujourd’hui c’est une newsletter et un compte Instagram. Où je parle vraiment des problématiques qui touchent tous les secteurs de notre vie quotidienne. Que ce soit de l’alimentation, de la mode, ça peut être quelle lessive adoptée, l’investissement responsable, quelle banque choisir. Ça peut vraiment être tous les sujets qui nous touchent et où on peut agir à notre échelle. 

Donc, avec Nouvelle Empreinte, j’insiste vraiment sur le fait qu’il faut d’abord être renseigné, se renseigner. Je fais vraiment un gros travail de recherches. Après avoir mit toutes ces données et informations de manière très visuelles pour que ce soit accessible à tout le monde, il faut ensuite faire connaître les alternatives, les projets, les marques ou les personnes qui nous aident à remédier au problème en question. 

Nouvelle Empreinte, c’est un média fait pour sensibiliser, informer et faire découvrir. Tout en cassant les codes du green qu’on connaissait. Quand j’ai commencé à m’intéresser à l’écologie, par exemple avec mon compte Instagram, tout était vert (des feuilles, des arbres de partout) et il y avait certains discours qui étaient assez moralisateurs. Je voulais vraiment casser ça, pour aller toucher des gens qui ne sont pas forcément les plus engagés. Mais je voulais que tout le monde se sente concerné. C’est vraiment choisi d’avoir des couleurs qui n’ont rien avoir avec l’écologie et un ton, qui est bienveillant, avec de l’humour comme si je m’adressais à mes potes.

Comment as-tu eu cette idée ?

Au niveau personnel, j’ai eu un déclic pour changer mes habitudes moi-même. Il y a 3/4 ans j’ai vu un reportage sur Netflix qui s’appelle “A plastic ocean”. Je raconte toujours cette histoire parce que ce reportage m’a fait avoir un déclic de fou. Quand je l’ai vu, ça parlait de la pollution plastique dans les océans. Aujourd’hui ça serait moins choquant parce qu’on l’a déjà vu partout, mais à l’époque ça m’avait vraiment choqué. On ne peut plus continuer de consommer du plastique si on est au courant de ce truc. 

J’ai complètement voulu changer ma consommation et ça m’a amené petit à petit, à me renseigner sur d’autres problèmes. La mode, l’alimentation et encore aujourd’hui, j’apprends et je découvre des choses. Au fur et à mesure des années, j’ai appris et j’ai comme développé une sorte d’expertise sur les marques qu’il fallait ou non consommer/acheter. À partir de là, j’ai remarqué que beaucoup de mes proches me demandaient des choses, “par quoi faut remplacer ça ? vu que c’est du plastique”. 

Comme j’ai toujours voulu monter un projet pro, je me disais, je ne sais pas ce que ça sera, mais j’ai trop envie de créer mon projet, d’avoir ma boîte, etc. Je me suis dit que ça serait un bon début, juste d’avoir une newsletter où je partage mes conseils et ce que découvre, ce que j’apprends. Je ne pensais pas que ça allait intéresser d’autres personnes que mes proches, mais au final, j’ai vu que ça intéressait pas mal de monde et que le format marchait bien. Du coup, je le continue et je pense le développer sous plusieurs formats.

Quelle est ta vision pour les mois ou année à venir ?

Dans les années à venir, pas encore. Pour les mois à venir, je suis en train de travailler sur le site. Aujourd’hui le site nouvelleempreinte.com, c’est simplement pour s’inscrire à la newsletter. Mais là, je suis en train de travailler sur un site pour avoir vraiment un site où je peux écrire des articles, où je peux inviter des experts à écrire dessus pour aller plus loin dans la mise en avant des marques, mais aussi pour expliquer des problématiques, etc. Donc un site pour aller plus loin dans le contenu. Là, je réfléchis à comment aller plus loin dans les formats réseaux sociaux, vidéos, etc. Je réfléchis à ça pour continuer à informer, sensibiliser et faire découvrir sous d’autres formats pour toucher plus de monde et que ce soit toujours aussi interactif.

Quel serait le conseil que tu donnerais à quelqu’un qui veut monter aussi un projet engagé et à impact ?

Comme n’importe quel projet entrepreneurial, ce qui est bien quand tu as vraiment un projet engagé avec une cause derrière, c’est que c’est une cause qui te prend aux tripes. Tu sais pourquoi tu fais ça et je pense que si tu lances un projet qui est autour de ça, qui est engagé. Que ce soit sur l’environnement ou une autre cause, c’est de se raccrocher à ça, même quand on est dans le doute. Il faut prendre du recul et se raccrocher à la cause pour laquelle on se bat. Il faut faire le point en prenant un peu de hauteur.

Est ce que tu pourrais donner une idée d’action assez simple à mettre en place dès demain pour être plus éco-responsable ?

Celle que je donne le plus souvent, c’est de manger de saison. Ça ne coûte rien. Par exemple, arrêter de manger des tomates en hiver, ça serait rejeté moins de gaz à effet de serre. C’est la première action pour moi à mettre en place et qui est la moins contraignante. Ça permet aussi de découvrir de nouvelles recettes.

Merci à Marion pour nos échanges !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *